Avenir et patrimoine 88 réponds  aux accusations infondées de Monsieur Jeangirard , directeur du promoteur éolien Opale dans  interrogé par Vosges Matin dans l’édition du samedi 5 octobre au sujet du démontage du mât de mesure de la Forêt de Humont.

 Cette personne nous accuse ni plus ni moins d’avoir produit un faux au tribunal, ce qui aurait permit d’obtenir un jugement favorable pour notre association.

Nous contestons cette version et affirmons que ce document n’est en rien un faux.

Ce prétendu « faux » est un courrier officiel de la zone de défense aérienne nord adressé au président de la communauté de commune de la Vôge vers les rives de la Moselle. Il précise clairement que sur la zone 1 ( Bellefontaine et Saint Nabord ) là ou se situait le mât de mesure, les aérogénérateurs ne pouvaient pas dépasser les 675 m.

Ce courrier figurait en annexe du dossier de demande de ZDE ( Zone de développement )  remis à la préfecture par la communauté de commune et préparé par la société Opale elle même

Ce document n’a fait l’objet d’aucune contestation de la part des parties devant le tribunal, ce que précise le jugement.

Si des éoliennes posaient un problème de sécurité aérienne au dessus de 675 m , on pouvait à juste titre en déduire qu’un mât de mesure situé à 700 m s’avérait aussi dangereux. 

C’est pourquoi le tribunal décidé d’ annuler l’autorisation d’installer ce mât dans l’intérêt de la sécurité publique

Il faut préciser enfin que la société Opale avait 9 mois pour répondre à ces arguments, et qu’elle pouvait parfaitement faire appel.

 Les accusations de Monsieur Jeangirard sont donc tout à fait infondées, et ne visent à l’évidence qu’a discréditer notre association. 

Nous ne porterons cependant pas plainte pour diffamation, préférant apaiser ce débat pour en revenir sur son action de fond pour la défense de la nature et du cadre de vie sur Bellefontaine, Saint Nabord, Plombières, Remiremont et de ses environs.

Un droit de réponse à été demandé au Journal Vosges Matin.

Les commentaires sont fermés.