Allemagne_Conférence de NEUSTADT_21-11-2015_Echec de la transition énergétique en Allemagne

COP 21 :  le modèle allemand ne fonctionne pas ! 

Des représentants des alliances, des collectifs et des associations régionales de protection de l’environnement de cinq Länder (Hessen, Rhénanie-Palatinat, Sarre, Bade-Wurtemberg et Bavière) se sont réunis à Neustadt an der Weinstrasse le samedi 21 novembre dernier pour analyser les conséquences de la transition énergétique allemande. Un forum, une conférence et des débats ont animés cette journée.

À cette occasion, Jean-Louis BUTRE, Président de l’EPAW (European Platform Against Windfarms) et de la Fédération de l’Environnement Durable (FED), a présenté la situation en Europe ainsi que les actions menées par l’EPAW, alors que la COP 21 est sur le point de débuter.

Invités dans le cadre du jumelage avec l’Association „Initiative Pro Pfälzerwald“ et le Collectif „Energiewende für Mensch und Natur“, Avenir et Patrimoine était présent avec les autres membres de Vosges horizon durable pour participer à cette journée.

Nos voisins Allemands souhaitent produire et utiliser une électricité verte, c’est à dire sans carbone ni nucléaire. C’est l’Energiewende (le tournant énergétique), avec l’arrêt du nucléaire (arrêt immédiat des centrales anciennes et arrêt définitif programmé en 2022 pour les 17 autres) et le développement de l’éolien et du solaire dans le mix électrique.

Mais l’intermittence et le caractère aléatoire de ces sources d’énergie influent directement sur la fourniture d’électricité en Allemagne qui est contrainte de recourir au thermique.

D’ici 2022, date de l’arrêt des centrales nucléaires restantes, les énergies renouvelables ne pourront donc pas remplacer leur production, et encore moins se substituer aux centrales thermiques

Aussi, le charbon et le lignite constituent aujourd’hui la base du système de production de l’électricité en Allemagne.

Environ 70 millions de tonnesde charbon et 180 millions de tonnes de lignite sont extraits du sol de l’Allemagne par an. Tandis qu’environ 50 millions de tonnes de charbon sont importées (en particulier des Etats-Unis où le cours du charbon est particulièrement bas). Aussi, l’Allemagne est devenu le plus gros producteur de CO2 d’Europe.

En 2014, l’électricité produite en Allemagne l’était à 53% par du fossile (charbon, gaz et pétrole), 15% par le nucléaire, mais seulement à 9% par l’éolien et 6% par le solaire, la biomasse et l’hydraulique fournissant le reste. Plus de 24 000 éoliennes couvrent aujourd’hui le territoire allemand.

Par ailleurs la poursuite en Allemagne de l’expansion de l’éolien et du solaire impacte désormais directement le cadre de vie et la protection de la nature et de l’environnement.

« Il apparaît aujourd’hui clairement que la transition énergétique allemande a non seulement manqué sa cible mais aussi qu’elle s’avère inefficace, coûteuse et contre-productive. »

Une véritable opposition locale, régionale et fédérale se développe aujourd’hui en Allemagne. Bien décidé à s’opposer à la destruction de la nature, de l’environnement et du patrimoine, il s’agit de sensibiliser les politiques sur les véritables enjeux de la transition énergétique

Les commentaires sont fermés.